Pour l’acquisition du polyptyque HOMMAGE A BERNANOS du peintre Arcabas, en vue de son installation définitive au Couvent des Jacobins à Toulouse.

 

Cette association a pour objet :  


  • De rassembler des personnes souhaitant concourir de quelques manières que ce soit à l’installation définitive à Toulouse de « l’Hommage à Bernanos » du peintre Arcabas.
  • La recherche de soutiens et de financements pour acquérir l’œuvre du peintre Arcabas « L’Hommage à Bernanos » en vue de son installation définitive à Toulouse au cœur du couvent des Jacobins.
  • De rassembler l’ensemble des financements permettant à l’association de se porter acquéreur auprès du peintre Arcabas de son œuvre « L’Hommage à Bernanos »
  • De procéder à la cession gratuite de cette œuvre à la ville de Toulouse dans le cadre de la convention que l’association signera avec elle.
  • De faire connaître l’œuvre et son auteur dans ce cadre.

Au milieu la croix se dresse dans une souveraine dignité. Sa sévérité est apaisée par le fond bleu, de ce bleu Arcabas que la revue Esprit évoquait ainsi dans un article de 1963 : « Très sensible aux liens qui l’unissent au monde, à l’homme, à son prochain, Jean-Marie Pirot dénonce et crie les injustices et les misères, mais jamais sans que coexistent amour, tendresse et pitié. Car il n’y a pas que du chagrin et de la pitié dans cette scène de torture, mais aussi, avec une immense tendresse pour ce Christ, de la douceur. Il ne s’agit pas d’un Christ triomphant ou glorieux. C’est bien un Christus dolens dans la tradition de Mathias Grünewald et du retable d’Issenheim. Il a souffert avant de mourir, mais le visage ombré, jeune, à peu près imberbe, n’a pas été déformé par la souffrance. Il est beau et ne peut qu’être beau car il est le visage du Sauveur et que pour Arcabas c’est la beauté qui sauvera le monde, avec la vérité et la justice. Ici la beauté du Christ annonce sa résurrection.
Arcabas inspiré par les grands textes de Georges Bernanos réalise ici dans les années 60 un véritable Guernica chrétien.